Il est des habitudes que je ne comprends pas. Si vous éditez du contenu vidéo, votre premier réflexe est probablement de les héberger sur des plateformes spécialisées tel que Youtube ou Dailymotion.

En agissant de la sorte, vous offrez ni plus ni moins votre contenu, quel dommage !

Vous allez certes bénéficier des nombreux visiteurs de Youtube ou Dailymotion, mais il est vain d’espérer que ces visiteurs arrivent sur votre site. Et encore moins de les fidéliser…

Pourtant, depuis que Google a inventé le concept de recherches universelles ((http://oseox.fr/referencement/recherche-universelle.html)), les contenus vidéos bénéficient d’une place de choix dans les SERPs du moteur de recherche ((En janvier 2008, 17% des SERPs de Google proposait des résultats issus de la recherche universelle, 44% d’entre eux proposait des vidéos http://blog.comscore.com/lamberti.html)).

Il existe une véritable prime à la vidéo dans les algorithmes de Google. Cela ne durera peut-être pas indéfiniment, mais il est possible de se positionner très rapidement sur des mots clés concurrentiels. Quand bien même le site qui l’héberge ne dispose pas d’un fort poids SEO.

Exemple de SERP proposant du contenu vidéo. On voit que les vidéos sont positionnées... avant wikipédia !

D’après mon expérience, un petit site peut tout à fait rivaliser avec un Youtube ou un Dailymotion dans le positionnement des vidéos. Il existe plutôt une prime au premier arrivant, comme sur Google News.

Il est donc très intéressant d’héberger soi-même ses vidéos, pas de complexe à avoir !

D’autant plus que techniquement, ce n’est pas bien compliqué :

Reste ensuite à faire en sorte que Google indexe le plus rapidement possible vos vidéos.

Là encore, rien de très compliqué.

Il suffit de générer un sitemap vidéo ((http://www.google.com/support/webmasters/bin/answer.py?hl=fr&answer=80472)).

Sur le site qui m’a servi de test ((Un site PR3 à titre indicatif)), les vidéos apparaissaient dans Google Vidéo dans les 24h, et étaient donc susceptible d’apparaître dans les SERPs.

Il est ensuite intéressant d’analyser le trafic généré par vos vidéos. Il faut pour cela configurer un filtre sur Google Analytics ((Je l’aisse l’excellent seoland.fr vous expliquer comment faire 😉 http://www.seoland.fr/mesurer-traficrecherche-unverselle-analytics/)).

Pour continuer à bénéficier de la force de frappe de Youtube et Dailymotion, n’hésitez pas à y diffuser des extraits de vidéos, qui invitent ensuite à regarder la suite sur votre site.