Après plus d’un mois sans article, j’accueille aujourd’hui Sébastien de Chezelles, fondateur de 1001loisirs.com

Sébastien est également fondateur de JeuxVideoPC.com et d’une agence SEO : Web Conseils.

Un parcours atypique à découvrir : interview.

Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter en quelques mots, quel est ton parcours ?

Ce site a connu un succès croissant grâce à un référencement important, et au fait que nous avons travaillé le site en évitant d’être en concurrence frontale avec nos concurrents aux moyens bien supérieurs (JeuxVideo.com était une filiale d’Hi-Media à l’époque pour 25 salariés). Des rubriques comme des solutions ou extensions de jeux étaient présentes.Mon parcours est très atypique : à 19 ans, en 2004, en parallèle de mes études, j’ai fondé ma première entreprise, JVPC, éditant le site JeuxVideoPC.com, un site dédié aux jeux vidéo sur ordinateur.

L’entreprise s’est développée rapidement, et a été revendue au groupe BestofMedia en 2006, époque ou le groupe spécialisé sur le high-tech éditait Infos-du-net, Presence-PC.com et BestofMicro.com. J’ai ensuite travaillé 3 ans en tant que directeur du SEO international chez BestofMedia, période ou le groupe connu une croissance fulgurante, étant devenu le 1er groupe média français à réussir l’aventure US, suite au rachat de Tom’s Hardware en 2007.

Aujourd’hui BestofMedia numéro 3 mondial de la presse en ligne dédiée au high-tech aux USA et en Europe, et dispose d’une audience de plus de 100 millions de visites mensuelles.

Depuis 2009, j’ai fondé Web Conseils, séparée en 2 pôles :
> Edition de site avec 1001Loisirs.com
> Prestation de conseil SEO et Développement, pour laquelle je réalise du consulting et de l’audit tant pour des groupes leaders dans leurs domaines que des start-ups.

Racontes nous l’histoire du site 1001loisirs.com

1001Loisirs.com a été créé fin 2009. A l’époque, ayant des moyens limités, j’ai cherché une solution pour apporter un vrai service aux internautes, d’ou le fait de lancer un service recensant les activités et éléments touristiques.

Depuis lors, le site a fortement évolué, tant en terme de contenu, passé de 10 000 à 200 000 fiches, qu’en terme de qualité (design plus professionnel, nouvelles fonctionnalités tel la possibilité pour un professionnel d’ajouter sa fiche, la présence d’informations supplémentaires sur les fiches tel les horaires, le plan d’accès…).

En parallèle de cette montée en puissance, de nouvelles catégories ont vu le jour : les hébergements, les restaurants, les boutiques, et les services, afin d’offrir un service sans cesse croissant, ce qui plait aux internautes et permet un développement fort de l’audience

Ainsi, l’audience de 1001Loisirs.com est passée de :
– 10 000 visiteurs mensuels en décembre 2009
– 50 000 visiteurs mensuels fin 2010
– 200 000 visiteurs mensuels actuellement

Est-ce ton activité principale ? Combien êtes-vous sur le projet ?

Effectivement, Web Conseils est mon activité principale, et 1001Loisirs.com occupe aujourd’hui environ 50 % de mon temps. J’ai un associé sur le projet, Arthur Collenot, spécialiste en développement.

Comment a été constituée la première base de données ? Comment faites-vous évoluer cette base ?

Cherchant la qualité plutôt que la quantité, nous avons constitué à la main notre base de données, afin de disposer d’un contenu fiable. En terme d’évolution de la base, nous travaillons beaucoup avec les professionnels qui peuvent mettre à jour les informations de leur boutique en temps réel.

Avez-vous une stratégie SEO particulière ?

Contrairement à beaucoup de mes concurrents, j’ai préféré me concentrer sur la France que lancer le site dans 3, 4 ou 5 langues, car je pense qu’il y a encore beaucoup à faire avant de penser au développement international de 1001Loisirs.com.

Crois tu as ce concept de site sur le long terme ? (Google Local, Google Panda, …)

Je pense que ce type de site répond effectivement à un besoin fort, et que Google a beau essayer de fournir des informations sur les commerces, ça n’est pas son rôle, et la véracité de ses informations ne me parait pas fiable.

Par ailleurs, on a vu que les gens ne veulent pas du « tout Google », ce qui a conduit au déclin de Knol, et explique que Google Plus n’arrive pas à convaincre le grand public (en France, moins de 1 % des users grand public de Facebook ont essayé Google Plus),

Je pense que Google Panda et ses évolutions futures sont un risque, mais aussi un challenge intéressant : il y aura toujours des gens pour rechercher un fleuriste autour de chez eux. Google affichera les plus pertinents, et, j’espère, les sites les plus performants pour les internautes.

Quelle est la part de trafic en provenance des moteurs de recherche, arrivez vous a fidéliser des utilisateurs ?

Aujourd’hui les moteurs représentent 80 % de mon audience. Il est assez dur de fidéliser les visiteurs, car peu pensent à aller ailleurs que sur Google et les Pages Jaunes lorsqu’ils recherchent un magasin, le 1er car on est sur de trouver l’information, et le second par la notoriété historique de ses annuaires papiers.

Mais peut-être qu’un jour, les Pages Jaunes ne seront plus une page d’entrée aussi forte ?

Quel est votre modèle économique ?

Le site se finance par 3 biais :
– La publicité vendue par Adsense, qui représente aujourd’hui près de 60 % de nos revenues.
– La publicité vendue en direct aux annonceurs, ce que je met en place avec une agence, actuellement. Je pense que 1001Loisirs.com a une vraie légitimitée dessus, grâce à la possibilité de réaliser des ciblages forts de ses internautes, tant en terme géographiques qu’en terme de contenu. Par ailleurs, les internautes se rendant sur 1001Loisirs.com étant en phase de pré-achat, ils permettent un vrai apport qualitatif à l’annonceur. Ainsi, une enseigne de fleurs présente dans le nord de la France, pourra faire de la publicité sur les contenus associés.
– La présence de numéros surtaxés sur mes fiches.

Qu’est ce qui vous distingue de vos concurrents ?

Je pense qu’il y a plusieurs types de concurrents :
– Les 118xxx, dont le seul apport est de disposer du numéro des magasins et d’une liste complète
– Les autres concurrents, centrés sur les avis ou autre

J’ai décidé de lancer 1001Loisirs.com sans travailler sur les avis.

Quelles sont les évolutions à venir ?

A moyen-terme, divers améliorations sont prévues, tant graphiques qu’en terme de contenu, avec l’ajout régulier de nouvelles fiches, à venir. De nombreuses idées sont en cours de reflexion, et en attente de disposer du budget conséquent, tel le développement d’une vraie interphase mobile.

Parlons de ton agence SEO, quel type de prestation proposes-tu ?

Au sein de mon agence SEO, je vois les choses de la sorte :
– Les gros clients qui ont besoin de gros besoins iront se tourner vers des agences de taille forte
– Les clients plus petits chercheront des solutions pour disposer de conseils SEO au meilleur rapport qualité-prix. Ce genre d’entreprise dispose de moyens plus restreints, tant en terme humain que financier.

Le fonctionnement ne serait pas pareil entre une entreprise disposant de 15 développeurs, de nombreux rédacteurs, capable de lancer un projet à plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’euros en un claquement de doigt qu’une entreprise pour laquelle chaque euro compte, par exemple.

Au sein de mon agence, j’essaie de répondre à ces clients, en proposant des formules adaptées à leurs besoins. Par exemple, lorsque je travaille avec un client, j’essaie au départ d’évaluer ses capacités, pour avancer et permettre un résultat maximal atteignable, en fonction de sa structure. Je fonctionne fortement en terme ROIste et vais plus loin que beaucoup d’agences qui ne travaillent que la partie technique, sans penser au contenu, ou à la gestion de l’entreprise, et vais proposer des optimisations sur les différents postes de dépense et de croissance potentielle, pour permettre un résultat optimal.

Peux-tu nous en citer quelques clients ?

Parmi mes clients, l’on peut compter par exemple :
– LeMondeInformatique, numéro 1 de l’actualité IT Pro
– Adiscos, organisme de formation professionnel

Tu travailles sur des sites à grosse volumétrie, quelles sont pour toi les grandes différences entre le référencement d’un site de 500 pages et un autre d’un million de pages ?

Je pense que la différence est profonde : un petit site pourra et devra effectuer un travail de référencement micro (c’est à dire travailler mot clef par mot clef), quand ça n’est pas une logique possible pour un gros site ayant des millions de pages.

Je suis intéressé par tes prestations, comment te contacter ?

C’est très simple, tu peux me contacter au 06 67 94 10 01 ou par mail : sdechezelles AT gmail DOT com .
Tu pourras voir que mes tarifs sont très compétitifs, pour une implication maximale 🙂

Un mot à rajouter ?

Merci de l’interview, et bonne chance pour tes projets !
N’hésitez pas à nous rendre visite sur http://www.1001Loisirs.com